Victor Mouang Mbading a été le véritable héro du grand débat organisé par la Haute autorité de la communication (HAC, régulateur de la communication au Gabon) dans le cadre des élections couplées législatives et locales du 6 octobre.

« Le professeur est resté égale à lui-même », a commenté Kinga Kinga, habitant de Kinguélé. « C’est le seul qui a dit la vérité et comme la vérité dérange, il a été mis en minorité sur le plateau », a renchéri Alain Ditsogha.

« On aurait mis des kobolos dans sa bouteille d’eau d’où l’apparence d’ivresse sur son visage étouffé par sa barbe blanche », a analysé Lydie Laure, ancienne élève du professeur de philosophie à la retraite.

Marxiste Léniniste, Victor Mouang Mbading est connu pour son discours tranchant. Il accuse à souhait les cadres du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) d’avoir pillé le Gabon. Ses critiques n’épargnent pas les ex barons du parti au pouvoir qui ont quitté ce parti pour peupler l’opposition.

 

« Ils avaient pour slogan : la chèvre broute l’herbe là où elle attachée. Et ils s’attachaient partout où il y a l’herbe à brouter », raconte-t-il à qui veut l’entendre.

La solution pour sauver le Gabon, selon Mouang Mbading est d’obliger par contrainte à tous les voleurs de rendre tout ce qu’ils ont volé au pays.