UOB 14

 

Depuis ce lundi 25 avril 2016, l’Université Omar Bongo connaît quelques perturbations suite à la descente sous le campus du Collectif Étudiant Conscient, mutuelle déchue par le recteur Ropivia, qui proteste contre ce qu’il qualifie d’injustice et tente d’imposer un arrêt des cours.

Cette injustice est liée au versement d’une somme de 1 million par étudiant pour soutenir un mémoire de master 2. Mesure qu’il qualifie d’injuste dans une université publique. Une mesure qui remettrait ainsi en cause l’égalité de chance prônée par Ali Bongo Ondimba, le challenger PDG-émergent en course de la présidence de la république gabonaise. Des comportements qui ne conforte pas le président sortant, déjà trop boudé par nombre des compatriotes pour des politiques injustes.

A cette injustice, le collectif associe également la non reprise des travaux d’aménagement des voiries au sein du campus, de réfection des résidences universitaires, d’installation d’une connexion wifi, de construction de la bibliothèque numérique, autant des conditions qui figuraient dans le cahier de charge et qui jusque-là, n’ont pas connu des avancées significatives.

Révolté face à l’indifférence des autorités académiques, le Collectif Étudiant Conscient a jugé utile d’aller  incinérer quelques pneus devant le rectorat le lundi, le mardi matin, après l’AG qu’il a tenu sous l’arbre à palabre, le collectif  a peiné gagner l’assentiment de tous les étudiants de la première université du pays, dont la majorité considèrent que ce collectif n’a pas le droit de parler au nom de la mutuelle de l’Université Omar Bongo et donc n’a pas le droit de décider d’un quelconque gel des cours ou de perturber le bon déroulement des activités académiques.

Face donc à cette interposition, les protestataires ont rebroussé chemin et compte revenir ce mercredi 27 avril 2016 pour une énième tentative….

Affaire à suive….

Axelle MGB

www.rtngabon.org