pantheres-mercato

Ils sont cinq. Evoluant à l’étranger ou revenus au pays cette année, ils ont encore l’équipe nationale dans un coin de la tête. Surtout à l’approche de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (Can), organisée au Gabon, voire de la prochaine Coupe du monde.

Éric Mouloungui (Mounana, 31 ans, 38 sélections)

Buteur en demi-finale de la Can, pour sa dernière sélection en compétition officielle chez les A sous Gernot Rohr, contre le Mali en 2012, Éric «la vérité» Mouloungui semblait être au top d’une carrière internationale à la hauteur de son talent : exceptionnelle. Seulement, son irrégularité l’a empêché de confirmer. Non sélectionné pour la Can 2015, l’ancien Strasbourgeois est à chaque fois recalé de la liste finale. Depuis, il n’a plus jamais revêtu le maillot national. Son retour au pays et sa saison correcte avec le CF Mounana, après un semestre sans jouer, prouvent que son talent est toujours intact. S’il continue sur ce rythme, malgré le fait qu’il joue au pays, Jorge Costa pourrait être obligé de se pencher sur son cas. Mouloungui est capable de tout, des plus grands exploits, balle au pied, comme des plus surprenants excès de facilité. Mais c’est un génie. Et un génie, ça peut toujours servir.

Ses chances de participer à la Can : 20%

Fabrice do Marcolino (Akanda FC, 32 ans, 24 sélections)

Avec les Panthères, Fabrice Do Marcolino a surtout joué les jokers de luxe. Alain Giresse a été l’un des premiers à lui faire confiance, avant d’en faire un titulaire, avec à la clé un doublé inscrit contre le Lesotho le 28 juin 2008, puis un joker convaincant, notamment à la Can 2010. Appelé pour la Can 2012, mais finalement remplaçant «malheureux» de Daniel Cousin en quart de finale face au Mali, il ne reviendra plus en sélection sous l’ère Costa. À 32 ans et alors que sa dernière sélection remonte à plus de deux ans, le nouvel homme fort de l’attaque akandaise ne rentre pas dans les plans du sélectionneur. Il lui faudra faire une immense saison pour espérer être rappelé, et encore… On doute fort de revoir celui qu’on surnomme «le Mabudja ». Mais sait-on jamais…

Ses chances de participer à la Can : 5 %

Romaric Rogombé (Akanda FC, 24 ans, 12 sélections)

Réserviste puis appelé pour la Can 2015 en Guinée équatoriale, Romaric Rogombé aurait dû profiter de la confiance de Jorge Costa pour gagner des capes depuis ses débuts avec les Panthères. Mais il ne joue que très peu ou pas. Son année très compliquée à l’AC Léopards en 2014 (8 matchs, 2 buts) et son adaptation compliquée chez les Panthères l’ont fait quelque peu disparaître des radars, et d’autres joueurs, à son poste, ont pris plusieurs longueurs d’avance. En réalisant une grande saison à Akanda, ou en retrouvant sa forme d’il y a deux ans, l’ancienne star de l’AS Vita club pourrait revenir dans les petits papiers de Jorge Costa, qui lui reproche seulement «son manque de forme». Il faudra pour cela qu’il soit régulièrement décisif et qu’il présente un gros bilan statistique, avec les A’, pour commencer. Ça fait déjà beaucoup. Mais s’il y parvient, et que deux ou trois de ses concurrents sont moins bien ou forfaits, il reviendra.

Ses chances de participer à la Can : 40%

Edmond Mouele (Mangasport, 33 ans, 27 sélections)

Accusé, à tort ou à raison, d’être le meneur du soulèvement d’un grand nombre de joueurs de l’équipe nationale A’, en 2014, contre Daniel Cousin – actuel manager général des Panthères -, alors capitaine des Panthères, pour une affaire liée à des primes de matchs lors du dernier Championnat d’Afrique des nations (Chan 2014), Edmond Mouele n’a plus jamais été rappelé avec les Panthères A. Le légendaire capitaine du club Mouandais est souvent présélectionné par Jorge Costa mais jamais dans la liste finale, alors que des voix s’élèvent pour le revoir en sélection. Pas retenu pour la Can 2015, ni pour la campagne éliminatoire en cours, le champion du Gabon 2015 garde un espoir assez raisonnable de revenir dans les plans de Costa. Il en a les capacités, mais…

Ses chances de participer à la Can : 10%

Étienne Bito’o (FC 105, 35 ans, 5 sélections)

Le nouvel homme fort de l’attaque du Canon 105 n’a jamais été indiscutable dans le groupe Panthères. Tout simplement parce qu’à son poste, il y a toujours eu des joueurs plus forts que lui. Appelé pour la première fois en mai 2000, il est surtout le héros d’une équipe des Panthères époustouflante en 2005 en Algérie (victoire des Panthères 0-3), lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2006, en ayant signé un doublé. Ses graves blessures et ses changements intermittents de clubs le privent de rassemblement des Panthères, et cela ne s’arrangera guère. Depuis, Bito’o est porté disparu en sélection. L’exposition toute relative du FC 105, son âge, ainsi que la concurrence à son poste, et ce malgré sa forme étincelante, ne lui laissent pas d’espoir de participer à la Can en 2017. À moins qu’il réalise une saison exceptionnelle en National Foot. Mais ça non plus, on n’y croit pas trop…Stéphane Bounguendza non plus, a priori.

Ses chances de participer à la Can : 2 %

Avec l’aimable collaboration de Freddhy Koula, consultant sportif et chroniqueur à Gabon Télévision

 

 

source : GBN