arton37055-b92f4

Tenu les 25, 26 et 27 mars 2016 à l’hôtel ‘Noé Palace’, le premier congrès de la deuxième force politique du Gabon et premier parti de l’opposition gabonaise, a été non seulement, une plateforme propice pour panser le parti de Mba Obame qui souffre de pas mal de dissensions et depuis lors, dirigé par Zacharie Myboto. Egalement, ça été un moment fort pour les congressistes de donner la posture du parti pour la présidentielle avenir.

 

Les rideaux de ces assises du 1er Congrès ordinaire de l’Union Nationale (UN) sont tombés sur deux moments forts.

La présidentielle de 216

Pour la présidentielle de 2016, «  Nous avons décidé de ne pas désigner de candidat ». C’est en ces termes que Zacharie Myboto, président de l’Union nationale (UN), a donné officiellement la position de sa formation politique ce dimanche 27 mars 2016.

Pour l’Union Nationale (UN), le retrait de la candidature d’Ali Bongo Ondimba, actuel chef de L’État est un impératif car cette candidature, juge-t-il est « anticonstitutionnelle ». C’est donc un préalable sur lequel le Parti s’investira les jours qui viennent et attendra les résultats avant la tenue d’un congrès extraordinaire qui penchera sur la désignation d’un challenger qui défendra les couleurs du parti lors des joutes présidentielles de 2016.

S’appuyant sur l’article 10 de la constitution. Lequel article prévoit qu’il faut être né de père et de mère gabonais pour prétendre à la candidature de la présidence de la République gabonaise. Pour Zacharie Myboto, Ali Bongo n’a jamais réussi à clarifier sa situation administrative. Aller donc à l’élection avec Ali Bongo dans ces conditions serait donc cautionner cette « imposture anticonstitutionnelle ». Car, selon celui qui fut le beau-père d’Omar Bongo, « seules la destitution, la transition et l’élection » demeurent les seules voies de recours de l’Union Nationale. C’est pourquoi, il a invité l’ensemble de ses militants et sympathisants de tout faire pour empêcher cette candidature.

un1

Renouvellement du Parti (UN)

L’on retiendra les départs de Jean Eyeghé Ndong à la vice-présidence du parti et de Gérard Ella Nguéma au secrétaire exécutif adjoint du parti.

Les entrées des camarades François Ondo Edou et de Mike Jocktane, comme 6è et 7è vice-président.  Emmanuel Ntoutoume Ndong et Sandrine Souah Akere sont respectivement 1er, 2e, 3e secrétaire exécutif adjoint. Le mouvement des femmes continuera à être dirigé par Marie Agnès Koumba alors que les jeunes seront désormais cornaqués par Firmin Ollo Obiang, succédant Ghislain Ledoux Mbo’Ovone.

Aussi, au poste de secrétaire exécutif, si symbolique pour avoir été occupé par André Mba Obame jusqu’à son décès, est revenu à l’ancien directeur de campagne de celui-ci en 2009 : le docteur Minault Maxime Zima Ebeyard. Une équipe revigorée pour un avenir meilleur.

 

Axelle MGB

www.rtngabon.org