imag

Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai souvent tellement mal au cœur quand je vois comment les chrétiens font du mal au corps du Christ parce qu’ils passent leur temps à se déchirer, créant ainsi de la distraction qui nous éloigne davantage de Dieu. J’y ai moi-même souvent participé d’ailleurs. Plutôt que d’être unis, nous passons notre temps à pointer les différences des uns et des autres. Nous nous revendiquons de telle confession en prétextant qu’elle est meilleure qu’une autre. Nous accusons les autres de ne pas être de vrais chrétiens et j’en passe.

J’aime bien lire, alors des fois je tombe sur des ressources et d’autres. Je suis tombée récemment sur un article assez intéressant qui a poussé ma réflexion, mais, dont la lecture m’a rendue plus triste qu’autre chose. Je peux parfois être hypersensible.

Il y était question de la différence entre la foi et la religion, ou du moins le fait que certains chrétiens sont plus religieux que croyants. Ceci n’est pas totalement faux, j’en conviens. Mais, je m’interroge tout de même quant au fait de savoir si la solution c’est de critiquer ces personnes-là et de pointer du doigt leur appétence à la religiosité? Est-ce qu’il ne faudrait pas plutôt leur tendre la main pour mieux leur faire comprendre qu’il y a un enjeu qu’ils ne saisissent pas? N’est-ce pas là notre rôle, de prêcher l’Évangile et d’annoncer le Christ, et non la religion? D’autant plus que certains ne font pas exprès, mais ont évolué dans un contexte où ils n’ont pas appris qu’il fallait construire une véritable intimité avec le Seigneur, une intimité qui nous transforme, et non devenir ce que j’appelle des chrétiens «chrétiennement corrects».

 

Qu’est-ce que j’appelle un chrétien chrétiennement correct ?

C’est tout simplement une personne qui dit croire en Dieu, avoir la foi, et elle l’a certainement, nous n’en savons rien car nous ne voyons pas dans les cœurs, mais dont la vie ne reflète pas ce qu’elle confesse. Qu’est-ce-à-dire? Généralement ces personnes-là vont à l’église (la messe, groupe de prière, etc.). Elles ont même reçu tous les sacrements de l’Église (baptême, communion, confirmation, mariage, etc.), mais, leur vie, ou leur témoignage ne reflète pas réellement leur foi. Nous sommes tous, certes, pécheurs sinon nous n’aurions pas besoin du Christ. Mais, si nous vivons continuellement dans un état de péché, il y a un problème et cela doit nous conduire à vouloir plus de Dieu dans nos vies, afin qu’il nous transforme. Ce n’est pas par nos propres forces que nous arrivons à résister au péché, mais c’est par la grâce qui  nous a été donnée en la personne du Christ.

Certains chrétiens font parfois preuve d’une religiosité exaspérante à travers une morale moralisante continuelle envers les autres et d’une piété étroite. Ils donnent le sentiment d’être la perfection incarnée. Et pourtant, dans mon cheminement, j’ai surtout compris que j’avais besoin de me rapprocher du Christ parce que je suis misérable et qu’à son contact, je suis transformée dans tout mon être et je me revêts des attributs de Dieu. Nous contribuons parfois nous-mêmes à diviser l’Église à force de nous concentrer sur ces personnes-là, plutôt que de

 

Quel enseignement de la foi ?

Comment être alors un bon chrétien, ou plutôt devrais-je dire un disciple du Christ, qui marche à sa suite? Un chrétien qui marche sans se soucier de ce que le monde pense de sa foi. Un chrétien qui ne s’évertue pas à paraître ce qu’il n’est pas pour plaire au monde. Il faut tout simplement oser! Oui, il faut oser être chrétien, il faut oser faire le pari de la foi en Christ et miser notre éternité là-dessus parce que l’enjeu est énorme. Mais comment oser lorsqu’on ne connaît pas son identité et qu’on n’est pas soi-même? Car, oui, être chrétien fait partie de nous-mêmes. Cependant, cette unification prend du temps, celle de la rencontre de notre vie humaine et de notre foi. On ne peut donc pas juste condamner ceux qui font preuve de religiosité et penser ainsi régler le problème car nous sommes tous les membres d’un seul corps. Si le bras a mal, le corps entier peut le sentir. Si le dos a mal, le corps entier peut en pâtir.

De plus, la transmission de la foi se fait à travers l’enseignement de la tradition de l’Église par la catéchèse, la prédication, l’évangélisation, l’enseignement, etc. Toutefois, ce rôle n’incombe pas qu’à l’Église en tant qu’institution, mais aussi aux fidèles, à la famille au sein de laquelle celle-ci se fait. Mais si les parents sont des chrétiens chrétiennement corrects, que veux-tu qu’ils transmettent à leurs enfants? Ils ne peuvent donner que ce qu’ils ont reçu ou cultivé. Les personnes religieuses n’ont tout simplement pas appris et compris que la foi c’est d’abord cultiver une profonde intimité avec le Seigneur. L’Église l’enseigne et n’a de cesse de le répéter: la prière, la lecture de la parole, le jeûne, les actes de piété, la charité, l’amour du prochain. Je

Je ne t’apprends rien, et tu le sais certainement, nous avons été créé libres. L’Église doit-elle encore faire la police pour savoir qui parmi les fidèles cultive une réelle intimité avec le Seigneur? L’Église est-elle seule responsable si certains font preuve d’une religiosité exacerbée? Arrêtons de nous lancer la pierre les uns sur les autres car le corps ne se portera pas mieux ainsi. Bien au contraire, il va être tout courbaturé. Il fût un temps où je critiquais moi aussi ces personnes-là, et pourtant je suis loin d’être parfaite. Si aujourd’hui je peux me targuer de véritablement construire continuellement une intimité avec le Seigneur, ce n’est pas pure grâce et ce n’est pas par ma force. Alors je nous exhorte à faire preuve d’amour envers ces personnes, de sorte à les aider à s’unifier en tant que chrétiens, dans la foi et la vie humaine.

« Mon seul orgueil aujourd’hui c’est d’avoir le Christ comme Seigneur et Sauveur! »

Ma foi, ma vie : unification

Ce que chacun de nous doit comprendre, et accepter dans son cœur c’est que la foi chrétienne n’est pas une annexe dans nos vies. Elle doit être, et est constitutive de celle-ci. Etre chrétien ce n’est pas juste un loisir auquel on s’adonne de temps en temps lorsqu’on s’ennuie parce qu’il y a des concerts et diverses activités et spectacles à l’église qui contribuent à briser notre solitude l’espace d’un instant. Dieu n’est pas manipulable pour qu’on cherche à l’utiliser pour notre confort, mais on doit plutôt se laisser transformer par l’Esprit Saint. Cette transformation passe comme je l’ai dit précédemment par la prière, la lecture de la parole, le jeûne, les actes de piété, la charité, l’amour du prochain.

Alors j’aimerais t’encourager à t’ouvrir véritablement et en toute humilité aux chrétiens chrétiennement corrects si tu en connais. Plutôt que de les pointer du doigt, sois un disciple qui témoigne de l’agir de Dieu dans sa vie comme une perspective pour le chrétien chrétiennement correct de se remettre en question dans son parcours de foi.

Que Dieu nous bénisse!

Axelle Shaké

www.rtngabon.com