Quelques jours après la saisie d’un stock de kévazingo(espèce protégé) au port à bois d’Owendo, l’enquête lancée par les services compétant semble avoir des obstacles.

Vue d’ensemble de la saisie.

Après avoir découvert plus de 5.000m3 de Kévazingo transformé au port à bois d’Owendo, aujourd’hui les menaces et intimidations prennent le dessus de l’enquête lancée par les services compétant. Plus d’une trentaine de containers remplis de cette espèce protégée (Kevazingo) ont été saisies le 6 mars 2019 sur le site de la société 3C transit par les agents des douanes. Les douanes gabonaises conduit l’opération d’inspection (PRAESIDIO) sous l’impulsion de l’Organisation Mondiale des Douanes. Depuis plusieurs semaines, des contrôles et investigations relatives aux espèces animales et végétales menacées d’extinction (Convention CITES) sont organisés dans tout le Gabon. Le premier contrôle effectué le 28 février 2019 par l’équipe mixte des agents des Douanes, des Eaux et Forêts, de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux et de la Police Judiciaire avec l’appui de l’ONG Conservation Justice, avait permis de découvrir une importante quantité de ce bois précieux dans l’entrepôt de la société Yuntung International. Le Padouk et l’Okoumé en équarris ont également été découverts au site de la société 3C transit. C’est plus de 300 containers déjà prêts à l’export qui sont entreposés sur le site de la société 3 C transit. 30 Containers remplis exclusivement du kevazingo transformé et d’autres en forme d’équarris ont été également découverts au cours de cette opération d’inspection. A ce jour, on estime donc plus de 5.000 mètres cube de bois transformé de kevazingo  prêts à être exportés en toute illégalité ! Cette énorme quantité représente plusieurs milliards de FCFA (plusieurs millions d’Euros).

  Alors que certaines langues se délient, d’autres veulent faire obstacle à cette opération. Quels sont les éventuelles complicités autour de ce produit de contrebande ? selon notre source, Des intimidations judiciaires et des menaces à l’endroit de l’équipe de cette mission et surtout à l’égard des agents des douanes veulent ralentir l’élan de cette grande opération. Le Procureur de la République de Libreville, présent régulièrement sur les lieux, a rappelé qu’aucune action de quelle nature que ce soit ne doit faire obstacle à cette enquête. A ce jour, plusieurs personnes ont déjà été interpellées, notamment un haut cadre de contrôle des Eaux et Forêts du Port d’Owendo et deux ressortissants Chinois qui travaillent pour SBG (Super Bois du Gabon) et 3C Transit sans oublier le directeur provincial des eaux et forêts de l’Estuaire . à faire à suivre…