Un scandale sur l’exportation du Kévazingo vient d’être déclenché. Une importante quantité de cet espèce transformée, et strictement interdite d’exploitation, et plusieurs autres essences sous formes de grumes a  été saisies au port à bois d’Owendo, dans un entrepôt de la société YUNTUNG internationale. L’information remonte au jeudi 28 février 2019. le port d’Owendo va désormais  être sous les feux des projecteurs avec la découverte, dans l’entrepôt de la société chinoise installé sur notre sol, c’est environ mille mètres cubes de Kévazingo saisi. Cette importante  découverte réalisé  par nos   agents des douanes. Il en reste encore une grande quantité non dénombrée, destinée à l’exportation. Plus de 90% de l’entrepôt de ladite société est rempli de cette essence interdite d’exploitation et d’exportation depuis 2018, conformément au décret 00099/PR/MFE du 19 mars 2018 portant mise en réserve du kévazingo. Le contrôle de la détention des marchandises prohibées par les agents des douanes a également permis de constater le chargement de grumes de plusieurs essences de bois dans des containers.

Un stock du kevazingo au sien de ladite société.

Aucun document n’a été présenté aux agents lors de la première perquisition concernant les lots de Kévazingo qui appartiendraient aux sociétés Super bois du Gabon,  Z et W. C’est donc en violation des dispositions de l’article 5 de l’arrêté 132 portant sur les normes de classifications des produits forestiers destinés à l’export, des articles 275 et 279 du code forestier et des articles 51, 290 et 407 du code de douane CEMAC, que toutes les personnes concernées dans cette affaire devront répondre de leurs actes, Affaire à suivre…