C’est à l’école publique de Mont- Bouet, situé dans le 2e arrondissement de Libreville, que la coalition des syndicat des transporteurs terrestres du Gabon s’est réuni  le week-end dernier pour pousser un nouveau coup de gueule et dénoncer, à nouveau, l’expansion du phénomène de racket dans les villes du pays. « L‘heure est grave, nous sommes à un tournant décisif de l’histoire des transports au Gabon. Nous sommes confronté à un problème qui dure plus de vingt ans. Nous avons tenté des actions et des solutions mais nous n’avons jamais réussit. cette assemblée générale devra nous permettre de prendre une décision » a exprimé Jean Robert Ménié Président de la Coalition des Syndicats des Transporteurs Terrestres du Gabon.

Robert Menié au sorti de l’assemblée générale.

A l’issu de cette assemblée général un préavis de grève a été déposé sur la table des gouvernants ce lundi pour annoncer une grève d’avertissement de 5 jours dès le lundi 6 mai prochain. S’il rappelle que le racket est un frein au développement du pays, une asphyxie d’un secteur stratégique, Jean Robert Menié a toutefois appelé  les transporteurs terrestres du Gabon à une grande mobilisation dans les prochains jours, laquelle pourrait paralyser les activités dans le pays.