Depuis l’annonce de la fâcheuse nouvelle, plus rien ne fonctionne au sein de l’Institut national de la poste de l’information et de la communication.  En effet, les étudiants de INPTIC, après avoir été sommés par le responsable de leur établissement de payer la somme de 500 000 Fcfa au titre de frais d’écolage pour l’année académique à venir. Ces nouvelles modalités de règlement des frais d’écolage qui ont plongé les impétrants dans une colère de tigre ont donc entraîné la suspension des cours depuis le 26 septembre dernier.

Une somme pour le moins surprenante au regard des difficultés économiques que traversent les Gabonais. L’INPTIC étant un établissement public, la gratuité de ce dernier implique que les seuls frais qui pourraient être payés ne soient pas aussi élevés. Surtout que les étudiants sont pour la plupart admis par voie de concours et par conséquent la totalité des charges relatives à leur scolarité devrait être supportée par l’Etat. Toutes choses qui devraient interpeller les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Communication à quelques jours de la reprise des cours.

Par ailleurs, les étudiants seraient également confrontés à une obligation de paiement de la somme de 150 000 Fcfa décidée par  Claude Ahavi au titre de frais supplémentaires devant permettre à l’administration de l’INPTIC de solder les arriérés dus aux vacataires.