Le poste de Médiateur de la République qu’occupait depuis le 16 janvier 2014 par Laure Olga Gondjout est désormais vacant. Nommé le 12 janvier 2018 par décret présidentiel, l’ancien premier ministre Emmanuel Issozé Ngondet n’a pas a décliné la promotion, préférant ainsi siéger à l’Assemblée Nationale en qualité de député.

Issozet Ngonde à l’Assemblée Nationale

La médiature de la République reste donc à nos jours sans occupant. Créée après la Conférence nationale de 1990, cette institution  avait pour mission principale de contribuer à l’établissement de l’État de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance administrative et politique. Elle se doit, en d’autres termes, rechercher la paix sociale. Limogée sans aménagement, Laure Olga Gondjout ne pourra certainement plus assurer les affaires courantes de cette institution n’existant que de nom, car l’action de la médiature de la République gabonaise n’a cependant jamais été perceptible et certains estiment que cette institution gabonaise restée confidentielle pendant les vingt premières années de son existence n’est tout simplement qu’un « garage institutionnel ». Le denier conseil des ministres présidé par Ali Bongo Ondimba n’avait certainement pas fait la lectures des post du natif de l’Ogooué Ivindo qui à travers ces derniers était claire.  En attendant un nouveau décret présidentielle pour voir une nouvelle tête à ce poste, la régulation des rapports entre les puissances publiques et les citoyens demeure muette.