Pognon

Réfutant le chiffre de 4 milliards de francs CFA avancé par certains médias pour l’organisation de la 4è édition du New-York Forum Africa ( Nyfa), qui s’est déroulé du 28 au 30 août dernier, l’ancien porte-parole de la présidence de la République avait indiqué,  que cette édition n’a coûté que 900 milles euros, soit environ 600 millions de francs CFA. Se voulant explicite, il avait visiblement à cœur de faire taire les polémiques autour de cette manifestation. «Contrairement aux premières éditions où il fallait acheter plusieurs choses, la dernière édition a couté environ 900 000 euros».

Selon lui, les retombées de ce forum sont multiples dans la mesure où de nombreux contrats et accords ont été signés et des prix décernés aux jeunes innovateurs du continent. «Il y a eu le contrat signé entre la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader), l’œuvre d’un partenariat public-privé entre le Gabon et la Société Olam, et le groupe Caterpillar, pour une valeur de 140 millions de dollars pour l’achat de plus de 475 bulldozers», avait-t-il rappelé, affirmant qu’il s’agit de l’un des plus gros contrats que le Gabon ait jamais passé dans le cadre d’un projet. A l’en croire, ce contrat va au-delà de ceux passés pour la construction du chemin de fer Trans-gabonais, désignée jusque-là comme le «chantier du siècle» au Gabon.

Les 475 bulldozers devront donc intervenir dans la mise en œuvre des activités de la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine). Dans la foulée, le groupe Caterpillar va construire un centre de formation dans les domaines de l’assemblage et de la réparation dans la Zone économique à régime privilégié de Nkok. Une vingtaine de jeunes se rendra au Maroc pour se former dans les métiers du secteur.

Au total, au moins 200 emplois seront créés dans le cadre du programme Graine. «La 4e édition du Nyfa a permis la signature d’un accord de coopération de 18 millions d’euros, soit plus de 11 milliards de francs, entre le Gabon et l’Agence française de développement (AFD) pour la préservation de la biodiversité», avait-t-il ajouté avant de rappeler enfin l’accord entre l’école de musique américaine Berklee et le ministère de l’Enseignement supérieur pour la création d’un institut africain de musique.