C’est sous le thème  « Les langues autochtones, ça compte pour le développement, la construction de la paix et la réconciliation » que les Nations Unies ont choix de célébrer, hier jeudi 21 février 2019  la 19ème édition de la journée internationale de la langue maternelle. Au gabon, cette journée est sans doute passée sous silence.

les apprenants.

le 21 février de chaque année la communauté internationale célèbre la journée internationale de la langue maternelle. Face à la multiplicité des langues au gabon, les  plus hautes autorités  n’ont pas encore opérés un choix d’ou les difficultés pour les complexes scolaires d’enseigner les langues maternelles aux écoliers. «  Nous avons initié cela il y a trois ans mais la difficulté que nous avons rencontré ici c’est que les enseignants qui exercent ici sont en même temps les expatriés et les nationaux, les nationaux sont également des divers ethnies, même chose pour les apprenants. L’autorité qui est le ministère de l’éducation nationale ne nous a pas encore dit sinon choix la langue qu’il faut enseigner, donc on a du mal à choisir une parmi les langues qui existent au gabon. » a souligné Jean Baptiste SONOU directeur d’école.

Proclamé par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), cette journée internationale a pour but de promouvoir la diversité linguistique et culturelle, pour la célébration de la 19ème édition l’institution à réitéré sont engagement pour la diversité linguistique et a invité les états membres à commémorer l’événement dans autant de langues que possible. Au gabon  aucune activité n’a été organisée pour cette journée.