Graine

Après son ouverture et sa clôture la semaine dernière, le Forum relatif au programme GRAINE devrait pouvoir engendrer quelques effets.

Pour sûr, il n’est pas toujours aisé de mettre en œuvre une orientation économique. Et pour cause, la motivation est bien souvent loin de corroborer la vision. La Gabonaise des réalisations agricoles et initiatives des nationaux engagés (Graine) poursuit son bonhomme de chemin. Le but de ce projet ambitieux, est aujourd’hui on ne peut plus claire : atteindre l’autosuffisance alimentaire et palier les torpeurs liées à l’emploi des jeunes.

Même si le projet est raillé, en quelques milieux, il y a que le gouvernement ne manque pas d’idées et d’initiatives, dans l’optique de le promouvoir au mieux. D’ailleurs, le récent Forum en est une preuve parfaite.

Après les échanges, qui ont été somme toute fructueux, il reste que l’efficience des réquisitions formulées doit être plus probante. Une émulation autour de ce projet est impérieuse.

Récemment porté au gouvernement, Mathieu Mboumba Nziengui a rappelé que «ce forum a été l’occasion d’aborder à la veille d’une grande rencontre comme la Cop 21 (…) les aspects environnementaux dont le programme Graine doit tenir compte. Car il s’agit là d’un aspect hautement sensible qui doit déterminer, encadrer et adapter notre agriculture pour être en phase avec les changements climatiques».

Il fallait s’y attendre. Les enjeux ne sont plus ceux d’il y a encore quelques décennies. Une adaptation est envisageable.

Il s’agit bien de production et d’autosuffisance alimentaire. Mais encore faut-il intégrer la notion de respect de l’environnement. Une donnée importante, dont le gouvernement ne saurait s’y départir.