Révérend Georges Bruno NGOUSSI

 

Gabonaises, Gabonais,

Chers compatriotes,

Au sortir de la pastorale de l’Eglise Internationale de Nazareth, qui a eu lieu du 4 au 9 Février 2019, l’une des recommandations de cette pastorale nous a instruit de poursuivre l’action que nous menons  au sein de l’association des églises du 12-12-15, membre de la Plate Forme Nationale de la Société Civile Gabonaise.

En effet, depuis le 31 Août 2016, date à laquelle  s’est installée dans notre pays, la plus grave et profonde crise post électorale , nous avons entrepris des multiples démarches avec les autres Leaders de la société civile, au Gabon comme à l’étranger, notamment à l’Union Européenne, à la CPI, à la commission des droits de l’homme de Génève, à l’OIF et à la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale Française, pour un plaidoyer en vue de la reconnaissance de la souveraineté du peuple Gabonais.

C’est dans cette optique que nous avons adressé au président de la conférence épiscopale de l’église catholique, après la conférence des évêques qui a eu lieu dans le Haut-Ogooué, en vue de lui proposer une réunion de concertation, pour une prise d’une position commune pour la défense des intérêts de notre Seigneur Jésus Christ. Nous attendons toujours sa réponse à cette correspondance.

Nous saisissons cette opportunité pour rendre un vibrant hommage au président Zacharie Myboto, pour sa déclaration du samedi 23 Février 2019, au cours de laquelle les Gabonais ont été une fois de plus bien édifiés sur la situation chaotique de notre pays.

Mmes/MM,

Chers compatriotes,

Fort de ce qui précède et compte tenu de la persistance de ceux qui croient tenir en otage tout un peuple par leur obstination à faire de l’Etat Gabonais leur chasse gardée, où ils peuvent manipuler, à leur guise, la constitution qui est la mère des lois, il nous revient de fidéliser notre opinion rendue publique à chacune de nos sorties antérieures.

En effet, tous les chrétiens ne devraient pas faire foi à tout cet ensemble des faits et gestes mensongers, car investis de discernement que nous confère notre père par son Saint Esprit.

Aussi, nous demandons la déclaration sans délai de la vacance de la Présidence de la République, et la reconnaissance de la souveraineté du peuple Gabonais volé le 31 Août 2016, car c’est la seule consultation électorale qui a connu l’annulation de 21 bureaux de vote dans le deuxième arrondissement de Libreville  sans reprise d’élection dans les bureaux en question.

C’est le lieu de dire à ceux qui se disent hommes de Dieu et qui cherchent à justifier leur duplicité en employant hors de leur contexte les versets bibliques pour tenter de tromper au maximum les chrétiens Gabonais, d’arrêter leur funeste manipulation. Nous devrons faire une différence entre une institution et un individu, un être humain. Jésus Christ appelle » prochain », l’homme pour lequel il a donné sa vie. La bible ne déclare-t – elle pas que : quand les méchants périssent, les justes se multiplient ? ET quand les méchants s’élèvent, chacun se cache. Quand les justes se multiplient, le peuple est dans la joie. Quand les justes triomphent c’est une grande gloire. Pr28 :12 ; 29 :2