Alors que s’approche le jour fatidique du vote ce 6 octobre, des suspicions de connivence entre le Centre gabonais des élections (CGE) et certains partis politiques commencent à être décriées.

Selon des sources proches de l’institution en charge de l’organisation des élections tout partirait de l’agression d’un travailleur de la société d’affichage GEC à Tchibanga. Alors qu’il était en mission pour coller des affiches des candidats du Parti démocratique Gabonais (PDG) ce dernier aurait été victime d’agression verbale de la part  des partisans du candidat Jean Pierre Doukaga Kassa.

Suite à cet acte, l’agent va prendre la décision  d’aller porter plainte au poste de police. Reçu par le commandant de gendarmerie et la présidente du CGE Magalie Oye Makobia  ce dernier se verra confisquer son matériel de travail sans tout autre forme de procès. Pour justifier cette position pour le moins rocambolesque du responsable du CGE à Tchibanga, il nous revient que cette dernière se serait donnée pour mission de « réparti selon son bon vouloir les panneaux de la ville à certains candidats alors que ceux-ci appartiennent à  une régie privée et non à la mairie ».

Une situation déjà décriée par certains acteurs politiques non seulement de la majorité mais aussi de l’opposition qui soupçonneraient un parti pris en faveur de l’ancien questeur de l’Assemblée nationale et proche de Guy Nzouba Ndama. Toute chose qui laisse penser à une instrumentalisation du CGE par l’opposition et plus particulièrement du parti Les Démocrates.