le retour d’Ali Bongo dans nuit du  24 février 2019 dernier fait couler actuellement beaucoup d’encre et de salive sur sa capacité à toujours diriger le Gabon.

Ali en audience avec les Présidents d’institutions.

Le président de la république Ali bongo Ondimda a effectué son retour en terre natal dans la nuit du 24 au 25 février dernier. Hier se fut un  jour chargé pour un homme en convalescence. D’abord une audience des présidents des institutions de la république au salon marocain du palais du bord de mer, puis s’en est suivi une tournée dans les différents quartiers de libreville. Un contacte particulier avec ses compatriotes, vraiment pas comme les anciens, pas d’échange, mais un simple sourire et une levée de main pour rassurer les quelques – uns sortie en bordure de route. Pour certains membre de la classe politique et de la société civile cela ne justice pas que ce dernier est toujours capable à diriger notre Gabon, le doute règne encore chez bon nombre. »  Depuis que le président de la république a été dans les circonstances médicales que nous savons,  aujourd’hui qui dirige le pays? Sa pose la question de l’article 13 de la constitution qui encadre la vacance du pouvoir en république gabonaise. Or j’entends effectivement un certains nombre de personne dire que  le président est rentré, étant déjà sur le territoire il n’y a plus de question et de débat relative à la vacance du pouvoir. Mais je pense que ces gens qui le disent n’ont pas compris ce qu’est la vacance du pouvoir. Est – ce que la personne qui est titulaire d’une fonction en l’occurrence celle du président de la république, est t-elle en capacité de diriger ou pas? A t-elle toutes ses capacités physiques, intellectuelles, mentales ou morales? On peut aller jusqu’au psychique pour assurer les fonctions qui sont les siennes. Dans le cas actuel, on peut pas juger le président de la république en le regardant dans les audiences qui sont les opérations de communications. Dans des pays normaux on aurait mit en place je crois, un poule de médecins pour examiner le président de la république qui aurait rendu publique un bulletin de santé par lequel l’opinion aurait été informé de sa capacité de gérer ou pas, or ce que je constate ce que les responsables gouvernementaux,  la présidente de la cour constitutionnelle et un certains nombre de personne qui on accès au président de la république sont tous devenus des médecins et à chaque fois qu’ils sortent de là, ils disent tout va bien, il ne faut pas aller au delà ». a souligné Mays MOUISSI sur  TV5 Monde.

Ali bongo doit donc beaucoup justifier sa bonne santé, mais en combien de temps car selon ses proches, il devrait préside le conseil des ministres ce jour et attendre la rentrée de la cour constitutionnelle prévue pour lundi prochain puis regagner le Maroc pour poursuivre sa convalescence.