La contestation contre le régime d’Ali Bongo donnera lieu à de nouvelles manifestations le 12 octobre à Strasbourg (France). En marge de la session d’automne de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, des Gabonais de France et des membres de la «société civile gabonaise souveraine» vont effectivement exprimer leur mécontentement envers le pouvoir d’Ali Bongo.

«Le Parlement est aussi une excellente caisse de résonance. On peut faire facilement connaître son mécontentement (manifestations à l’extérieur, mais aussi et parfois dans l’enceinte même…)», ont expliqué les organisateurs dans un post sur Facebook. Ces derniers prévoient notamment un rassemblement pacifique et un sit-in devant le Conseil de l’Europe.

Ce rassemblement donnera lieu à distribution de tracts informant la population locale et les touristes de la situation du Gabon. A cela s’ajoutera la présentation de photos des détenus politiques et d’opinions, ainsi que des victimes de l’assaut du quartier général de Jean Ping en 2016. Des prises de paroles diverses sont également au programme.

«L’objectif consiste à manifester devant le Conseil de l’Europe et de demander aux chefs d’États européens d’expliquer l’absence de sanctions contre le régime despotique et illégitime d’Ali Bongo après les deux résolutions de l’Union européenne», ont conclu les organisateurs de la manifestation.

Après la présidentielle d’août 2016 au Gabon, le Parlement européen avait notamment voté en septembre 2017, une résolution envisageant des sanctions ciblées contre le régime d’Ali Bongo, après avoir constaté les violences, les manœuvres d’intimidation ; y compris à l’encontre de membres de la mission d’observation de l’Union européenne.